À l’ère #metoo : rencontre avec Brit Bennett et Vendela Vida

À l’ère #metoo

En octobre 2017, alors que Ronan Farrow dénonce les agissements du producteur Harvey Weinstein dans les colonnes du New Yorker, le hastag #metoo, créé dix ans plus tôt par la militante féministe américaine Tarana Burke, devient viral et fait en quelques heures le tour du monde grâce aux réseaux sociaux. Un an et demi plus tard, l’essayiste et romancière afro-américaine, Brit Bennett, et Vendela Vida, figure de l’avant-garde intellectuelle et littéraire de la côte Ouest, reviennent sur ce phénomène planétaire, appelant à libérer la parole des femmes, victimes d’agressions ou d’harcèlement sexuel.

Rencontre animée par Kerenn Elkaïm

Brit Bennett

Brit Bennett est née en 1990 et a grandi dans le sud de la Californie. Elle est diplômée de l’Université de Stanford et a ensuite obtenu une maîtrise en fiction de l’Université du Michigan, où elle a remporté le prix Hopwood Award dans la fiction pour diplômés ainsi que le prix Hurston / Wright 2014 pour les écrivains de collège. Son travail est présenté dans le New Yorker, le New York Times Magazine, la Paris Review et Jezebel.

Vendela Vida

Figure de l’avant-garde intellectuelle et littéraire de la côte Ouest des États-Unis, Vendela Vida est éditrice du magazine The Believer, fondé avec son mari Dave Eggers. On lui doit déjà̀ trois romans parus en français (Sans gravité et Soleil de nuit aux Éditions de l’Olivier ; Se souvenir des jours heureux aux Éditions Albin Michel), qui tous furent encensés par la presse.

Crédits photos

Brit Bennett © Bruno Klein | Vendela Vida © Kate Powers

Entrée libre
  • Date
    29 juin 2019
  • Heure
    15:00
  • Lieu
    Espace diversités laïcité
    | Toulouse
  • Durée
    1h15