Annick Cojean présente
Je ne serais pas arrivée là si… (Grasset – Le Monde)

Je ne serais pas arrivée là si… (Grasset – Le Monde)

Lecture à quatre voix

Quelques mots anodins qui posent une question vertigineuse. Qu’est-ce qui m’a faite, défaite, marquée, bouleversée et sculptée ? Quel hasard, rencontre, accident, trait de caractère, lecture, don, peut-être aussi quelle révolte, ont aiguillé ma vie ? Annick Cojean interroge pour sa chronique dans Le Monde des femmes avec pour unique sollicitation de départ cette phrase : Je ne serais pas arrivée là si… Et leurs réponses, de Christiane Taubira à Patti Smith, en passant par Virginie Despentes ou Amélie Nothomb sont émouvantes, sensibles et riches d’enseignements sur la place des femmes dans nos sociétés. Pour ce rendez-vous exceptionnel, trois comédiennes reprennent en compagnie de la journaliste des extraits de ses entretiens.

Comédiennes : Marie-Christine Barrault, Clotilde Courau, Judith Henry

Annick Cojean

Annick Cojean est née le 2 août 1957 à Brest. Diplômée de Sciences Po, elle intègre la rédaction du quotidien Le Monde en 1981. Entre 1986 et 1991, elle collabore à deux émissions de France Inter. Elle devient grand reporter au Monde en 1993. En 2007-2008, elle co-présente l’émission hebdomadaire « Internationales » sur TV5Monde. A partir de 2007, elle dirige et présente les collections documentaires « Empreintes » puis « Duels » diffusées sur France 5. Depuis 2010, elle préside le jury de l’Association du prix Albert Londres. Elle fait aussi partie du comité de soutien de l’ONG Reporters d’Espoirs. En 2012, elle reçoit le Grand Prix de la presse (en presse écrite) de l’Association de la presse étrangère.
Annick Cojean est l’auteur des Proies (Grasset, 2012), vendu à 85,000 exemplaires en grand format, traduit en 19 langues.

Marie-Christine Barrault

Marie-Christine Barrault se forme au Cours Simon et au Conservatoire d’Art Dramatique en 1964. Jusqu’en 1968, elle se consacre exclusivement au théâtre, puis fait ses premiers pas au cinéma en 1969 avec Eric Rohmer pour Ma nuit chez Maud. Avec Cousin, cousine, elle est citée pour l’Oscar de la Meilleure actrice. Elle décide de s’installer aux États-Unis et Woody Allen écrit pour elle le rôle d’Isobel dans Stardust Memories. Depuis une quinzaine d’années elle se consacre surtout à des projets pour la télévision qui lui offre de beaux rôles bien que le cinéma continu de la solliciter.

Clotilde Courau

Clotilde Courau a suivi des cours de comédie au Cours Florent, à l’’École de la rue Blanche et au cours Simon…. En 1990, elle interprète son premier rôle au cinéma dans Le Petit Criminel de Jacques Doillon pour lequel elle reçoit le prix de la meilleure actrice au Festival international du film de Berlin et est nominée pour un César dans la catégorie du meilleur espoir féminin. L’Appât ou encore Élisa l’’installent encore plus dans la catégorie des grandes actrices françaises. Elle joue notamment dans La Môme en 2007, Tous les soleils en 2011 et plus récemment dans Le ciel attendra.

Judith Henry

Judith Henry a été étudiante à l’École des enfants du Spectacle et de l’École Nationale du Cirque. Elle monte sur les planches dès l’âge de 11 ans avec La Soeur de Shakespeare d’après Virginia Woolf au Théâtre de l’Aquarium. Au cinéma, elle collabore notamment avec René Allio pour Un médecin des lumières (1988) et Transit (1990), Philippe Faucon pour L’Amour (1989). C’est son rôle de Catherine dans La Discrète de Christian Vincent qui la révèle au grand public et lui permet de remporter un César du meilleur espoir en 1990. Elle tourne aussi avec Claude Berri dans Germinal (1993) qui lui vaut une nomination aux Césars comme meilleure actrice dans un second rôle. Elle est, cette année, au casting de la saison 2 de la série Les Témoins.

Crédits photos

Annick Cojean © Tina Merandon I Marie-Christine Barrault © Gilles Vidal I Judith Henry © Abdelwaheb Didi I Clotilde Courau © D.R

Acheter
  • Date
    29 juin 2018
  • Heure
    21:00
  • Lieu
    Chapelle des Carmélites
    | Toulouse
  • Durée
    1h30