Bill Clegg

Bill Clegg, né en 1970, est un célèbre agent littéraire new-yorkais. Il est l’auteur d’un roman et de deux best-sellers mondiaux : Portrait d’un fumeur de crack en jeune homme et 90 jours, journaux de son addiction au crack. Il écrit régulièrement pour le New York Times, Esquire, New York Magazine, le Guardian et Harper’s Bazaar.

Et toi tu as eu une famille ?, Gallimard

En une nuit, un incendie a tout enlevé à June : sa fille Lolly, qui allait se marier le lendemain ; Will, son futur gendre ; Luke, son petit ami, et Adam, son ex-mari. Unique survivante et réduite à l’errance, elle traverse le pays en voiture, abandonnant la petite ville du Connecticut où a eu lieu la catastrophe, à la recherche de ce qui la lie encore à Lolly, avec qui ses relations étaient difficiles. Bill Clegg dresse une galerie de portraits subtile et émouvante, dans un roman à la narration complexe qui est avant tout une ode à la famille –celle que l’on a, celle que l’on crée – si imparfaite et fracturée soit-elle. La réflexion qui sous-tend Et toi, tu as eu une famille? est poignante – comment supporter l’insupportable, comment se remettre d’une telle épreuve? – et se voit transcendée par l’espoir, la bonté et le pardon.

Traduit de l’anglais (États-Unis) : Sylvie Scheite

Portrait d’un fumeur de crack en jeune homme, Actes Sud

Parallèlement à la relation des deux mois qu’a duré son effroyable descente aux enfers, Clegg revient sur différents moments de sa vie – malaise de l’enfance, figure complexe du père, découverte de l’homosexualité, entrée dans le milieu de l’édition – avec une concision qui trahit, derrière l’urgence de l’écriture, le refus de toute concession à la mise en scène, aux joliesses ou au pathos. Première et troisième personne, passé et présent alternent, s’échangent, rejouant la confusion de l’auteur quant à l’identité commune de tous ces moments. Dans ce récit autobiographique d’une radicalité rare, Bill Clegg assume le refus de toute fiction du « je » et se livre en quelque sorte « dans toute la vérité de la nature ». Un nouveau lyrisme est à l’œuvre.

90 jours, Actes Sud

Après deux mois d’une orgie suicidaire de crack et d’alcool – racontée dans le très remarqué Portrait d’un fumeur de crack en jeune homme –, Bill Clegg est parti en cure de désintoxication à White Plains. 90 jours s’ouvre sur le premier jour de son retour à New York, premier des quatre-vingt-dix jours qu’il devra passer sans boire ni se droguer, sous peine de voir le compteur remis à zéro. D’une écriture fiévreuse et impitoyablement lucide, Bill Clegg décrit dans ces pages brûlantes l’âpre lutte d’un homme pour reconquérir une vie qui menace à chaque instant de repartir en fumée.

Traduits de l’anglais (États-Unis) : Laure Manceau

Crédits photos

Bill Clegg © Christian Hansen