Christophe Montenez de la Comédie-Française lit Call me by your name d’André Aciman (Grasset), accompagné par Karol Beffa

Appelle-moi par ton nom, Grasset

Elio, 17 ans, passe ses vacances en Italie, à jouer au piano, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Jeune homme mûr pour son âge, Elio n’en conserve pas moins une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès de son père, spécialiste de la culture gréco-romaine. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé qui changera leur vie à jamais. Le magnifique roman d’André Aciman, porté à l’écran par Luca Guadagnino avec Armie Hammer et Timothée Chalamet dans les rôles principaux, lu dans le cadre magnifique des Jacobins par Christophe Montenez, de la Comédie-Francaise, accompagné au piano par Karol Beffa pour l’une des plus belles soirées de cette édition !

Traduit de l’anglais (États-Unis) : Jean-Pierre Aoustin

André Aciman

André Aciman est né en Égypte en 1951 et a vécu en Italie, avant de s’installer à New York où il vit et travaille encore aujourd’hui. Spécialiste de Proust et grand connaisseur de la littérature française, il enseigne la littérature comparée à la City University de New York.

Christophe Montenez

Né à Paris, Christophe Montenez grandit à Toulouse. Il découvre le théâtre dans son adolescence, et connaît ses premières vraies expériences de comédien en travaillant avec le metteur en scène Francis Azéma. Il suit entre 2007 et 2009 des cours au Conservatoire de Toulouse, tout en poursuivant des études de lettres modernes. Il est ensuite, entre 2010 et 2013, élève de l’École supérieure de théâtre de Bordeaux Aquitaine.
Il monte après ses études un collectif de théâtre, les bâtards dorés, ce qui lui permet d’être remarqué par le metteur en scène Galin Stoev, qui le dirige dans Liliom. Stoev lui permet ensuite d’entrer à la Comédie-Française, dont il devient pensionnaire en juillet 2014.
En 2017, son rôle de Martin von Essenbeck dans l’adaptation théâtrale du film de Luchino Visconti, Les Damnés, mise en scène par Ivo van Hove lui vaut une nomination au Molière de la révélation théâtrale.

Karol Beffa

Suisse et français, Karol Beffa mène parallèlement études générales et études musicales après avoir été enfant acteur entre sept et douze ans dans plus d’une quinzaine de films (il a notamment joué avec le Piccolo Teatro di Milano sous la direction de Giorgio Strehler et a interprété Mozart à huit ans dans le téléfilm de Marcel Bluwal).
Reçu premier à l’Ecole Normale Supérieure, il étudie l’histoire (licence), l’anglais (maîtrise), la philosophie (Master à l’université de Cambridge) et les mathématiques. Entré au CNSM de Paris en 1988, il y obtient huit premiers Prix (harmonie, contrepoint, fugue, musique du XXe siècle, orchestration, analyse, accompagnement vocal, improvisation au piano). Reçu premier à l’agrégation de musique, il enseigne à l’Université Paris IV-Sorbonne (1998-2003). En 2003, il est docteur en musicologie en soutenant une thèse sur les Etudes pour piano de Ligeti. Depuis 2004, il est Maître de conférence à l’Ecole Normale Supérieure. Il a été élu, pour l’année 2012-2013, à la chaire annuelle de création artistique au Collège de France et a soutenu en 2015 une Habilitation à diriger des recherches.
En 2000, la Biennale internationale des Jeunes Artistes de Turin l’a sélectionné pour représenter la France. En 2002, il est le plus jeune compositeur français programmé au festival Présences. Compositeur en résidence de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse de 2006 à 2009, il compose notamment un concerto pour violon créé par Renaud Capuçon et un concerto pour piano créé par Boris Berezovski. Pianiste, il accompagne régulièrement des films muets, des lectures de textes et improvise sur des thèmes proposés par le public. Compositeur, il est l’auteur d’une vingtaine de musiques de films, et de trois musiques de scène. Il a obtenu en 2016 le Grand Prix lycéen des compositeurs et en 2017 le Grand Prix de la musique symphonique de la SACEM pour l’ensemble de sa carrière. En 2013 et 2018, il a remporté les Victoires de la Musique classique.
En 2015, il a publié (avec Cédric Villani, Flammarion) Les Coulisses de la création et, en 2016, György Ligeti (Fayard). En 2017 : Parler, Composer, Jouer. Sept leçons sur la musique (Seuil). En 2018 : Diabolus in opéra. Composer avec la voix (Alma) et Anagrammes à quatre mains. Une histoire vagabonde des musiciens et de leurs œuvres (avec Jacques Perry-Salkow, Actes Sud). Derniers CDs monographiques parus : Into the Dark (Aparte), Blow up et En blanc et noir (Indesens), Douze Etudes (AdVitam).

Crédits photos

André Aciman © Sigrid Estrada | Christophe Montenez © Gilles Vidal | Karol Beffa © Amélie Tcherniak | Call me by your name © Sony pictures

Acheter
  • Date
    28 juin 2019
  • Heure
    21:00
  • Lieu
    Couvent des Jacobins
    | Toulouse
  • Durée
    45 minutes