Christophe Montenez de la Comédie-Française lit Nino dans la nuit de Capucine et Simon Johannin (Allia)

Nino dans la nuit, Allia

Nino, dix-neuf ans, figure parmi les volontaires, venus des quatre coins du monde afin de recevoir, coûte que coûte, une solde, pour pouvoir s’en sortir. La Légion, c’est l’apprentissage d’un code d’honneur autant que celui d’une langue. Hélas, Nino ne passera pas l’épreuve puisqu’il échouera brillamment au test de dépistage. De retour, Nino enchaîne les petits boulots. Une vie de débrouille criblée par les flashs de fêtes étourdissantes, par les personnages qui surgissent et les histoires qu’ils racontent. Nino dans la nuit, bouillonne, cingle une histoire à cent à l’heure et dessine, le portrait d’une génération qui tente de trouver sa place là où il n’y en a plus.

Simon Johannin

Né à Mazamet dans le Tarn en 1993, Simon Johannin a grandi dans l’Hérault où ses parents apiculteurs tenaient une exploitation. À 17 ans, il s’installe à Montpellier pour suivre des études de cinéma, qu’il déserte rapidement. Il travaille ensuite en intérim avant d’intégrer l’atelier d’espace urbain de l’école de La Cambre à Bruxelles de 2013 à 2016. L’Été des charognes, son premier roman, paraît en janvier 2017.

Capucine et Simon Johannin effectuent leurs recherches plastique et littéraire en croisant leurs regards, mais le travail commun s’engage sérieusement autour de L’Été des charognes, puisqu’une série de photographies est à l’origine du geste d’écriture. Depuis, l’enchevêtrement des deux univers s’exerce dans la pratique de l’un et de l’autre.

Christophe Montenez

Né à Paris, Christophe Montenez grandit à Toulouse. Il découvre le théâtre dans son adolescence, et connaît ses premières vraies expériences de comédien en travaillant avec le metteur en scène Francis Azéma. Il suit entre 2007 et 2009 des cours au Conservatoire de Toulouse, tout en poursuivant des études de lettres modernes. Il est ensuite, entre 2010 et 2013, élève de l’École supérieure de théâtre de Bordeaux Aquitaine.
Il monte après ses études un collectif de théâtre, les bâtards dorés, ce qui lui permet d’être remarqué par le metteur en scène Galin Stoev, qui le dirige dans Liliom. Stoev lui permet ensuite d’entrer à la Comédie-Française, dont il devient pensionnaire en juillet 2014.
En 2017, son rôle de Martin von Essenbeck dans l’adaptation théâtrale du film de Luchino Visconti, Les Damnés, mise en scène par Ivo van Hove lui vaut une nomination au Molière de la révélation théâtrale.

Crédits photos

Simon et Capucine Johannin © Hélène Tchen Cardenas | Christophe Montenez © Gilles Vidal

Entrée libre
Réservation conseillée
  • Date
    29 juin 2019
  • Heure
    18:00
  • Lieu
    Théâtre Sorano
    | Toulouse
  • Durée
    45 minutes