Concert de Homeward Bound

Homeward Bound n’est peut-être pas la chanson la plus connue du duo légendaire Paul Simon
et Art Garfunkel (The sound of silence, Mrs Robinson, Cecilia), mais que l’on se rassure, tous leurs tubes seront au rendez-vous de ce concert de clôture de ce 15e Marathon des mots, consacré à la culture américaine. Des chansons, délicatement réinterprétées par Morgane Imbeaud (ex-Cocoon) et Elias Dris, qui ont voulu, sous ce nom d’Homeward Bound, rendre hommage, certes, mais surtout donner un supplément de vie à ces hymnes des années 60 qui restent dans la mémoire collective comme l’indépassable sommet de la mélodie alliée à la grâce.



Homeward Bound

Pour faire naître ce projet Homeward Bound, on avait d’abord songé à une complicité vocale féminine, avant de choisir, comme une évidence, un partenaire masculin en la personne d’un jeune chanteur franco-américain, Elias Dris. Auteur d’un premier album sur le mythique label Vicious Circle, enregistré en Californie avec Tom Menig, comme un voyage initiatique sur les traces de la Beat Generation, qui est l’inspiration majeure de ce jeune artiste par ailleurs dévot de Neil Young, Joni Mitchell et Karen Dalton. Les deux voix s’unissent donc en osmose idéale, autour d’une relecture sincère, infusée d’émotion, deschansons parfaites du duo new-yorkais des sixties. À l’inverse des tributs albums courants, Homeward Bound n’est pas un assemblage hétéroclite d’artistes se disputant la couverture en s’appropriant des chansons meilleures que les leurs, mais en les triturant, les déshabillant, les maquillant souvent de façon vulgaire, pour bien montrer qu’ils n’en sont pas dupes. Les pauvres…

Crédits photos

Homeward Bound cover

Acheter
  • Date
    30 juin 2019
  • Heure
    18:30
  • Lieu
    Saint-Pierre-des-Cuisines
    | Toulouse
  • Durée
    1h15