Dominique Pinon lit Seul l’amour peut te briser le cœur de David Samuels (Le sous-sol)

Seul l’amour peut te briser le cœur, Le sous-sol

La pensée de David Samuels est aussi luxuriante que les paysages du Brésil où il a grandi, aussi sinueuse que son histoire familiale, mêlant tradition judaïque et trafic nippo-américain de machines à sous. Car cette pensée est à l’image du réel : inclassable, inquantifiable, retorse à toute tentative de simplification. Et cette réalité dont il accepte volontiers de s’encombrer-dût-il, pour cela, user de tranquillisants et frayer dans l’univers interlope des maisons de repos-se retrouve aujourd’hui menacée par les formules algorithmiques qui inondent notre quotidien. Recueil de reportages couvrant les années 1990, les deux mandats d’Obama et l’accession au pouvoir de l’imprévisible Trump, Seul l’amour peut te briser le cœur dresse le bilan d’une descente aux enfers qui ne dit pas son nom, un cocktail d’articles qu’un barman déluré et aussi frappé que les personnages du livre aurait pu surnommer l’American Death Trip. Brillante et subversive, cette anthologie de textes à la frontière de l’essai et de la nouvelle brosse un portrait sans concession de l’Amérique.

Traduit de l’anglais (États-Unis) : Louis Armengaud Wurmser, Johan-Frédérik Hel Guedj, Mikaël Gomez Guthart

David Samuels

Contributeur régulier de Harper’s Magazine, The Atlantic et du New Yorker, David Samuels a publié en 2010 The Runner, longue enquête sur un Gatsby moderne. Rapprochant conquête de l’Ouest et développement du journalisme, il considère le “reportage littéraire” comme un genre spécifiquement américain, le seul selon lui ; il a déclaré : “Le reportage littéraire est un genre que nous autres Américains avons inventé pour nous rassurer sur notre existence. Il nous en faut l’assurance factuelle, qui nous donne l’impression d’avoir prise sur une réalité simplement trop vaste pour être embrassée en une fois – l’impression d’avoir pied, à défaut de mainmise.”

Dominique Pinon

Dominique Pinon est né en 1955 à Saumur. Elève du Cours Simon, il doit son premier rôle à Jean-Jacques Beineix dans Diva, où il interprète un tueur cynique. En 1991, Jean-Pierre Jeunet lui confie le premier rôle dans Delicatessen et le fait tourner par la suite dans chacun de ses films. En 2004, il remporte le Molière du meilleur acteur pour la pièce L’Hiver sous la table. Acteur polyvalent, il passe aisément du drame (Se souvenir des belles choses) à la comédie (Quasimodo d’el Paris, Bienvenue chez les Rozes, Musée haut, musée bas), du policier (Crimes à Oxford, Roman de gare) aux films dégantés (Dikkenek) et des films intimistes (Dante 01, Humains) aux films chorals (Ces amours-là).

Crédits photos

David Samuels © Witi de Tera Opale | Dominique Pinon © James Weston

Entrée libre
Réservation conseillée
  • Date
    29 juin 2019
  • Heure
    17:00
  • Lieu
    Chapelle des Carmélites
    | Toulouse
  • Durée
    45 minutes