Fanny Cottençon lit Le diable emporte le fils rebelle
de Gilles Leroy (Mercure de France)

Le diable emporte le fils rebelle, Mercure de France

Lorraine, son mari et leurs quatre ls vivent sur une ancienne friche d’une ville du Wisconsin. La jeune mère se tue à la tâche et n’a, pour tenir, que Dieu et les cachets. Elle doit aussi affronter sa bête noire, Adam, le fils aîné réfractaire. L’adolescent sort à peine de détention qu’une rumeur s’en prend à sa sexualité. Lorraine n’a plus qu’une obsession : sauver le reste de sa famille. Fanny Cottençon retrouve son auteur fétiche, Gilles Leroy, prix Goncourt 2007 pour Alabama Song (Mercure de France), pour une lecture de son nouveau roman.

Gilles Leroy

Né en 1958 à Bagneux, Gilles Leroy intègre après un baccalauréat en sciences expérimentales l’hypokhâgne et la khâgne du lycée Lakanal à Sceaux. Il obtient un DEUG de lettres et arts en 1977, une licence puis une maîtrise de lettres modernes en 1979 pour un mémoire consacré à Henri Michaux. Sans goût pour l’université, il abandonne le cursus, voyage et étudie seul les littératures américaine et japonaise qui l’impressionnent. Gilles Leroy publie son premier roman, Habibi, en 1987, qui sera suivi d’une dizaine d’autres, dont notamment L’Amant russe (2002), Grandir (2004) et Champsecret (2005). En 2007, Gilles Leroy reçoit le prix Goncourt pour son douzième roman, Alabama Song, qui connaîtra un grand succès en France et à l’étranger. Suivront Zola Jackson (2010, prix Été du Livre), Dormir avec ceux qu’on aime (2012), Nina Simone roman (2013, prix Livres & Musiques de la ville de Deauville), Le Monde selon Billy Boy (2015, prix Marcel Pagnol) et Dans les westerns (2017). Il est aussi l’auteur d’un essai autobiographique, Le Château solitude (Grasset, 2016).

Fanny Cottençon

Fanny Cottençon aborde le cinéma avec Signé Furax (1980). En 1982, avec L’Etoile du Nord de Pierre Granier-Deferre, elle obtient le César du meilleur second rôle féminin. On la verra ensuite dans Les fausses confidences de Daniel Moosmann, Tant qu’il y aura des femmes de Didier Kaminka et Les Saisons du plaisir de Jean-Pierre Mocky en 1988.

Crédits photos

Gilles Leroy @ Stéphane Haskell | Fanny Cottençon © DR

Acheter
  • Date
    29 juin 2019
  • Heure
    20:00
  • Lieu
    Théâtre Sorano
    | Toulouse
  • Durée
    45 minutes