Nicole Garcia lit L’année de la pensée magique
de Joan Didion (Grasset)

L’année de la pensée magique, Grasset

Une soirée ordinaire, fin décembre à New York. Joan Didion s’apprête à dîner avec son mari quand ce dernier s’écroule, victime d’une crise cardiaque foudroyante. Pendant une année entière, Joan Didion essaiera de se résoudre à la mort du compagnon de toute sa vie, tout en s’occupant de leur fille, plongée dans le coma suite à une grave pneumonie. La souffrance, l’incompréhension, l’incrédulité, la méditation obsessionnelle autour de cet événement si commun et pourtant inconcevable : dans un récit impressionnant de sobriété et d’implacable honnêteté, Joan Didion raconte la folie du deuil et dissèque, entre sécheresse clinique et monologue intérieur, la plus indicible expérience – et sa rédemption par la littérature. Nicole Garcia lit des extraits de ce texte, en passe de devenir un monument de la littérature américaine.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Demarty

Joan Didion

Joan Didion, née en 1934 à Sacramento, en Californie, est l’une des figures les plus importantes des lettres américaines. Romancière, essayiste, journaliste et scénariste, elle a connu la consécration en France avec L’année de la pensée magique (Grasset, 2007, prix Médicis essai).

Nicole Garcia

Après avoir passé son enfance et son adolescence à Oran où elle est née en 1946, Nicole Garcia arrive en France métropolitaine en avril 1962. Elle entre au Conservatoire national d’art dramatique et obtient, en 1967, un premier prix en Comédie moderne. C’est grâce à Que la fête commence de Bertrand Tavernier, en 1974, qu’elle se fait remarquer. Elle obtient son premier rôle principal dans La Question, film retiré des salles parce qu’il dénonce la torture pendant la Guerre d’Algérie. Son personnage d’épouse trompée dans Le Cavaleur la rend populaire et lui vaut de recevoir le César du meilleur second rôle féminin.
En 1990, Nicole Garcia entame une carrière de réalisatrice, s’attachant à disséquer la complexité des rapports humains dans les longs métrages qu’elle réalise : Un week-end sur deux (1990) et Le Fils préféré (1994) sont remarqués par la critique, Place Vendôme (1998) et L’Adversaire (2002) remportent du succès auprès du public. En 2006, elle présente Selon Charlie à Cannes. Figure majeure du cinéma français, on retrouve l’actrice dans Ma place au soleil en 2007.

Crédits photos

Nicole Garcia © Vincent Flouret

Acheter
  • Date
    28 juin 2019
  • Heure
    19:00
  • Lieu
    Couvent des Jacobins
    | Toulouse
  • Durée
    45 minutes