Non/Fiction : rencontre avec William Finnegan et David Samuels

Non/Fiction

Rencontre avec deux figures de la non fiction. Si cette notion, à la frontière du reportage et du roman, est mal connu en France, – on parle, à la suite des livres d’Emmanuel Carrère, d’Ivan Jablonka et du travail de l’éditeur Adrien Bosc, de l’émergence récente d’une écriture du réel –, le genre, marqué par les œuvres de Truman Capote, Joan Didion, Tom Wolfe, fait florès depuis des décennies aux États-Unis, où les rayons des librairies regorgent d’ouvrages dits de « creative nonfiction », mémoires ou enquêtes usant des techniques romanesques pour raconter le réel.

Rencontre animée par Clémentine Goldszal

William Finnegan

William Finnegan est auteur de Cold New World, A Complicated War, Dateline Soweto, et Crossing the Line. Surfer invétéré, figure incontournable de la narrative nonfiction, journaliste au New Yorker depuis 1987, il a acquis ses galons de reporter sur le terrain, de la guerre civile au Soudan, de l’Apartheid en Afrique du Sud, des Balkans à la résurgence des gangs néonazis en Californie, ses reportages sont le fruit de longues immersions et de patientes observations, où, comme il aime à le résumer : “Je fouine, je parle aux gens, j’attends.” Il a reçu pour Jours Barbares en 2016 le prestigieux prix Pulitzer dans la catégorie Mémoires.

David Samuels

Contributeur régulier de Harper’s Magazine, The Atlantic et du New Yorker, David Samuels a publié en 2010 The Runner, longue enquête sur un Gatsby moderne. Rapprochant conquête de l’Ouest et développement du journalisme, il considère le “reportage littéraire” comme un genre spécifiquement américain, le seul selon lui ; il a déclaré : “Le reportage littéraire est un genre que nous autres Américains avons inventé pour nous rassurer sur notre existence. Il nous en faut l’assurance factuelle, qui nous donne l’impression d’avoir prise sur une réalité simplement trop vaste pour être embrassée en une fois – l’impression d’avoir pied, à défaut de mainmise.”

Crédits photos

William Finnegan © DR | David Samuels © Witi de Tera Opale

Entrée libre
  • Date
    28 juin 2019
  • Heure
    18:00
  • Lieu
    Amphithéâtre Bernard Maris
    | Toulouse
  • Durée
    1h15