Olivier Martinaud lit I remember de Joe Brainard (Actes Sud)

I remember, Actes Sud

Les lecteurs du fameux Je me souviens de Georges Perec se rappellent peut-être l’inscription qui figurait en tête de l’ouvrage : « Le titre, la forme et, dans une certaine mesure, l’esprit de ces textes s’inspirent des I remember de Joe Brainard. » C’est donc le modèle qui est ici proposé.
Anecdotes, souvenirs, fragments – ces quatre cent quatre-vingt-dix-sept brefs paragraphes composent une autobiographie délicate et sincère, de l’enfance souriante à l’adolescence bégayante, au cours de laquelle l’auteur découvrit son homosexualité, en même temps qu’ils proposent un voyage nostalgique et coloré dans l’Amérique de son temps, une traversée des thèmes dont est faite en grande partie la littérature américaine.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie Chaix

Joe Brainard

Joe Brainard (1942-1994), peintre et artiste prolifique, a collaboré avec de nombreux poètes et écrivains de New York, où il a vécu dès les années soixante. Parfois considéré comme un précurseur du pop art, il est aussi connu pour ses écrits dont, notamment, I Remember (Je me souviens, traduit en français par Marie Chaix, Actes Sud, 1997).

Olivier Martinaud

Né en 1978, Olivier Martinaud sort du Conservatoire national supérieur d’art dramatique en 2004 où il suit les enseignements d’Éric Ruf, Joël Jouanneau, Christian Benedetti, Philippe Garrel et Gérard Desarthe. En 2008, il met en scène imbécile au Café de la Danse, une comédie musicale d’Olivier Libaux, avec les chanteurs Bertrand Belin, Barbara Carlotti, JP Nataf et Armelle Pioline. Avec la compagnie « garçon pressé » qu’il fonde à Paris, il met en espace en allemand Erich von Stroheim de Christophe Pellet à Berlin en 2009. Il crée ensuite à La Loge en 2012 un texte posthume de Thomas Bernhard, Mes prix littéraires, qu’il joue avec Claude Aufaure. La reprise du spectacle en 2014 au Lucernaire est l’occasion d’un second épisode inédit avec Laurent Sauvage. Avec le dramaturge Nils Haarmann, il traduit de l’allemand trois pièces de Nis-Momme Stockmann, dont Les Inquiets et les brutes, qu’il met en scène au Lucernaire en 2015 avec Daniel Delabesse et Laurent Sauvage. Il travaille également sur les écritures de Sonia Chiambretto, Frédéric Vossier, Alban Lefranc, Aiat Fayez, Stéphanie Chaillou lors de mises en voix à Théâtre Ouvert, à la Scène Thélème, à la MC93 ainsi qu’à Actoral. Depuis 2004, il enregistre plus d’une centaine de textes pour les émissions et les fictions de France Culture et de France Inter. Il enregistre aussi des voix pour Arte, le Centre Pompidou, le domaine national de Chambord, le Grand Palais et huit livres audio. Il est invité à jouer, performer ou lire des textes dans diverses manifestations littéraires et artistiques comme la Maison de la Poésie (Paris), le Musée de la Chasse et de la Nature (Paris), la Cité de la céramique (Sèvres), l’IMEC (Abbaye d’Ardenne), le Festival de la Correspondance de Grignan. Depuis 2018, il forme un tandem avec l’actrice Joana Preiss. Ils lisent ensemble leurs livres de chevet dont le recueil Dans la chaleur vacante d’André du Bouchet et la Correspondance d’Anaïs Nin et Henry Miller. Ils répondent également à des travaux de commande pour des centres d’art et des festivals, comme le FHEL à Landerneau et la Fondation Thalie (Bruxelles). Au théâtre, Olivier mettra en scène en 2020 Aphrodisia de Christophe Pellet. Au cinéma, il tient le rôle principal du prochain long métrage de Vincent Dietschy, Notre histoire (2019).

Crédits photos

Olivier Martinaud © Marco Castro

Entrée libre
  • Date
    29 juin 2019
  • Heure
    18:00
  • Lieu
    ISDAT
    | Toulouse
  • Durée
    45 minutes