Pierre Santini lit Comme l’ombre qui s’en va
de Antonio Muñoz Molina (Le Seuil)

Comme l’ombre qui s’en va (Le Seuil)

Et si Lisbonne était le personnage central de ce roman ? Lors d’un séjour à Lisbonne, Antonio Muñoz Molina apprend que James EarlRay, l’assassin de Martin Luther King, s’y est réfugié en mai 1968. Pris d’une obsession pour ce personnage, il reconstitue sa fuite, offrant au lecteur une immersion totale dans la tête du fugitif. Mais Lisbonne inspire également à l’écrivain une réflexion sur sa vie d’écrivain et ses premières années d’écriture.

Lecture bilingue suivie d’une rencontre avec Antonio Muñoz Molina.

Antonio Muñoz Molina

Né à Ubeda, Espagne, en 1956, Antonio Muñoz Molina est l’un des plus grands écrivains de langue espagnole. Son œuvre romanesque, réunie au Seuil, a reçu de nombreux prix littéraires dont le Prix national de littérature en Espagne, le prix Femina étranger, le prix Jérusalem et le prix Principe de Asturias pour l’ensemble de son oeuvre. Il est membre de la Real Academia Española.

Pierre Santini

Pierre Santini est né en 1938 à Paris, il s’est formé à l’école Charles Dullin au sein du TNP de Jean Vilar. Il participe, dès les années 60, au développement du théâtre populaire et de la décentralisation et collabore, tant au théâtre public qu’au théâtre privé, avec de nombreux artistes, metteurs en scène et auteurs contemporains. En octobre 2003, la Ville de Paris lui confie la responsabilité du Théâtre Mouffetard qu’il dirige jusqu’au 30 juin 2012. Il a été Président du Centre Français du Théâtre et Représentant français et Vice-Président de l’Institut International du Théâtre (UNESCO).

Crédits photos

Antonio Muñoz Molina © D.R I Pierre Santini © Gilles Vidal

Entrée libre
  • Date
    28 juin 2018
  • Heure
    19:00
  • Lieu
    Instituto Cervantès
    | Toulouse
  • Durée
    1h15