Valérie Bernatet lit Le monde selon Garp
de John Irving (Le Seuil)

Le monde selon Garp, Le Seuil

Deuxième épisode du feuilleton consacré au Monde selon Garp, le chef d’œuvre de John Irving ! Jenny Fields ne veut pas d’homme dans sa vie mais elle désire un enfant. Ainsi naît Garp. Il grandit dans un collège où sa mère est infirmière. Puis ils décident tous deux d’écrire, et Jenny devient une icône du féminisme. Garp, heureux mari et père, vit pourtant dans la peur : dans son univers dominé par les femmes, la violence des hommes n’est jamais loin… Un livre culte, à l’imagination débridée, et une facétieuse satire de notre monde !

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Maurice Rambaud

John Irving

John Irving est né en 1942 et a grandi à Exeter (New Hampshire). Avant de devenir écrivain, il songe à une carrière de lutteur professionnel. À vingt ans, il fait un séjour à Vienne. Puis, de retour en Amérique, il travaille sous la houlette de Kurt Vonnegut Jr à l’Atelier d’écriture de l’Iowa. Premier roman en 1968: Liberté pour les ours!, suivi d’Un mariage poids moyen et de L’Épopée du buveur d’eau. La parution du Monde selon Garp est un événement. Avec L’Hôtel New Hampshire, L’Oeuvre de Dieu, la Part du Diable (adapté à l’écran par Lasse Hallström en 2000), Une prière pour Owen, Un enfant de la balle, Une veuve de papier et La Quatrième Main, l’auteur accumule les succès auprès du public et de la critique. John Irving partage son temps entre le Vermont et le Canada.

Valérie Bernatet

Comédienne formée dans les années 90, passionnée de théâtre contemporain, Valérie Bernatet travaille jusqu’en 2006 avec de nombreux·ses metteur·ses en scène notamment Caden Mason / Big Art Group, dont le travail sur l’hybridation, l’image, le corps et la narration fragmentée va fortement imprégner sa recherche personnelle.
En 2008, elle commence à élaborer, sous le nom de Carmen Blaix et en collaboration avec de nombreux artistes des formes hybrides, qui mixent littérature et poésie, installation vidéo et plastique, musique et performance.
Une collaboration intense et prolifique, de 2008 à 2013, avec le compositeur Julien Kaliski, permet d’explorer le spoken word sur sa musique électronique, la voix micro, la voix enregistrée, mixée à d’autres sonorités. De composer l’univers avec une dimension sonore. Elle s’intéresse au langage et à la prise de parole, aux textes de femmes principalement. À partir de 2014 elle s’intéresse au montage vidéo qui est une écriture supplémentaire à explorer.
Pour le projet en cours La Terre est une émotion, objet transpoétique – 15 fragments, 15 performances, 15 mouvements (2018 – 2021), elle cherche à entrainer les regardeu·r·se·s dans une expérience commune ritualisée, sonore et visuelle, qui ouvre un espace poétique proche du spirituel, de la transe, au son vibratoire de bols tibétains. Il est question de rituel et de procession.

Crédits photos

Valérie Bernatet © Franck Alix

Entrée libre
  • Date
    26 juin 2019
  • Heure
    19:00
  • Lieu
    Médiathèque
    | Mondonville
  • Durée
    45 minutes